Ce blog est pour le lecteur qui apprécie l'ironie, l'humour, qui est à l'affût de pensées faciles, d'idées saugrenues, d'inventions bidon, de conseils bizarres et qui n'est pas horrifié par le sarcasme, l'irrespect. Il est à éviter pour les conformistes, les dominants, les dominés.


mardi 29 janvier 2019

AVIS Â LA POPULATION

Dancharrr entrant dans une phase de méditation et d'hibernation met  son blog en veilleuse à partir d'aujourd'hui et  le réanimera quand il sera en état. Bye bye, hasta la vista, arrivederci.

lundi 28 janvier 2019

SOUVENIRS SOUVENIRS

L'oubli des souvenirs permet à la mémoire d'en accueillir de nouveaux.
***
Les souvenirs sont des images plus ou moins flous d'un film muet, tourné dans le passé qui défile en accéléré  sur l'écran plein de trous d'une mémoire défaillante. On y joue le premier rôle sans s'en rappeler le texte, entouré de figurants à l'allure de fantôme.
***
Les souvenirs nous rappellent qu'on n'est pas né d'aujourd'hui et nous empêchent de vivre au jour le jour.

UN COMBAT ÉGAL

Quand on se bat contre soi-même, le vainqueur est aussi le vaincu.

LA QUESTION

Si le cerveau n'était pas dans la tête, où aurait-on pu le fourrer?

dimanche 27 janvier 2019

Une décision est bonne ou mauvaise, c'est mathématique. En politique, la droite trouve que la gauche n'en prend que des mauvaises et réciproquement. 

Leur opposition est donc construite sur une erreur. Ils se déchirent, s'étripent sur cette connerie inaugurale, fondamentale. Une majorité élit ces gens-là, les applaudit, attend qu'ils fassent ce qu'ils ne peuvent pas s'empêcher de ne pas faire pour les maudire.

Conclusion: la politique est comme la religion, une folie !!!
La jeune fille en fleur a la fraîcheur d'un bouton de rose et fait tourner la tête des jeunes gens qui oublient, heureusement,  qu'à son automne, il n'en restera que les épines.

LE CONSTAT

Tous les instants des moments finissent par faire une éternité.

samedi 26 janvier 2019

RADICAL

RADICAL est un mot remarquable: il est tranchant, définitif, sans concession. Il n'autorise aucune faiblesse. Il a malheureusement perdu sa noblesse avec le radicalisme, cette théorie politique opportuniste qui, avec son avatar, le radical-socialisme a conduit la troisième république à la guerre perdue d'avance et la quatrième dans le mur. Herriot, Queuille, les Faure et d'autres en furent les piètres héros. Ils justifient le mépris de Gabriel Matzneff qui intitula un de ses articles dans sa jeunesse et dans Combat, "Le chancre radical".

Radical vaut mieux que son parti.
La vie de ceux qui s'étonnent de tout est plus surprenante que celle de ceux qui ne s'étonnent de rien.
Un homme de mauvaise foi qui a raison est aussi malheureux qu'un homme de bonne foi qui a tort.