Après le « journal politiquement incorrect » et 4 ans de silence, de méditation transcendantale, d’un voyage intérieur, il est temps de repartir du bon pied, retourner le sablier et tirer un trait sur 4 ans de silence…

Ce blog aura des recettes de survie, des critiques fines, des analyses aigües, des définitions tirées de mon dico et des rediffusions (en période de fête ou de panne d’inspiration).

Une nouveauté sera la rubrique cinéma français (dont la qualité est inversement proportionnelle à la quantité). Je proposerai des scénarios oscarisables à décharger gratuitement.

Que la lecture commence.


samedi 13 décembre 2014

1 2 3

Le premier est le 1 .Il se veut le seul l’absolu : le roi, l’empereur, le dictateur, le pape, le dieu. Il domine, commande, ordonne, condamne, Unipolaire, monophasé, il se croit infaillible, irremplaçable, le plus grand, le meilleur. Créature de ceux qui ont besoin de magie, de mirage, de miracles, de folie, d’orgueil pour mériter leur servitude, le numéro un ne tient debout que par la force de la bêtise qui l’a érigé.

Le 2 est second. Il n’a pas réussi à devancer le premier. Mais il n’a pas à le regretter, car il est double sans avoir redoublé. Bipolaire par origine, il a son opposé, son contraire, son versa. Cela fait sa richesse. La liste est interminable :
- oui et non.
- blanc et noir
- jour et nuit.
- droite et gauche.
- chaud et froid.
- haut et bas.
Etc.…


Le 3 n’est pas l’addition des précédents. C’est le dernier, le mal aimé. Il aimerait qu’on se rappelle de lui, mais il restera anonyme, c’est lui l’inconnu du Nord-Express. Même s’il brille dans un trio, s’il entre dans un triumvirat, très vite, il y en a un qui surnage, brille, prend la parole, la première place. Le trois est aussi le neutre du triphasé, le tiède, le gris, le mou, le centre et puis le Saint Esprit.

________________________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire