Après le « journal politiquement incorrect » et 4 ans de silence, de méditation transcendantale, d’un voyage intérieur, il est temps de repartir du bon pied, retourner le sablier et tirer un trait sur 4 ans de silence…

Ce blog aura des recettes de survie, des critiques fines, des analyses aigües, des définitions tirées de mon dico et des rediffusions (en période de fête ou de panne d’inspiration).

Une nouveauté sera la rubrique cinéma français (dont la qualité est inversement proportionnelle à la quantité). Je proposerai des scénarios oscarisables à décharger gratuitement.

Que la lecture commence.


mardi 22 avril 2014

UNE MISE AU POINT NÉCESSAIRE

Les illusions ont la peau dure du rhinocéros. On y croit, alors qu’elles n’existent que dans l’imagination. Les fantômes, Nessie du Loch-Ness, les miracles, les promesses hollandaises sont de cet acabit. L’avenir n’est pas considéré comme tel : on ne parle que de lui. Tout lui est subordonné : les retraites, la prévention, les assurances, le remboursement de la dette, etc. et on se demande quelle catastrophe prépare-t-il ? Vous allez être déçus. Il faudra trouver une autre raison pour justifier votre angoisse existentielle. Vous êtes la victime d’une invention des prévisionnistes, des futurologues, des fabricants d’agendas. Le futur est une fiction, une invention, une convention. En réalité il n’arrive jamais car il recule en même temps que nous vieillissons, seconde après seconde. Nous ne connaissons que le présent. Plus tard, demain, l’année prochaine est un présent qui ne finit qu’à la mort. La confusion vient de l’espace auquel on l’associe souvent : c’est le fameux espace-temps. Mais, alors qu’il suffit de regarder pour voir où l’on va et de se retourner pour voir d’où l’on vient, il est impossible de revivre le passé et de savoir ce qui nous attend. Voilà la preuve absolue que seul l’instant existe.

Donc, regardez où vous mettez les pieds, plutôt que d’avoir peur de l’avenir.

_______



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire