Après le « journal politiquement incorrect » et 4 ans de silence, de méditation transcendantale, d’un voyage intérieur, il est temps de repartir du bon pied, retourner le sablier et tirer un trait sur 4 ans de silence…

Ce blog aura des recettes de survie, des critiques fines, des analyses aigües, des définitions tirées de mon dico et des rediffusions (en période de fête ou de panne d’inspiration).

Une nouveauté sera la rubrique cinéma français (dont la qualité est inversement proportionnelle à la quantité). Je proposerai des scénarios oscarisables à décharger gratuitement.

Que la lecture commence.


jeudi 2 avril 2015

DÉPANNAGE

  Votre problème est récurrent et vous n'arrivez pas à surmonter votre incapacité à exprimer une opinion. Vous restez muet et passez pour un imbécile. Vous trouverez dans ma série "IL SUFFIT DE" ou sinon dans les rubriques  "IL N'Y A QU'À" un palliatif à ce blocage désagréable.

  Il vous suffit ou vous n'avez qu'à emmagasiner dans votre mémoire (si vous n'en avez pas, prenez un aide-mémoire) quelques phrases-types que vous placerez au moment opportun, si vous savez le déceler. Voici quelques commentaires qui ont fait leurs preuves et qui vous vaudront des compliments.

  Lors d'un repas, après que le maître de maison ait débouché, avec componction, une bouteille et rempli le verre avec cérémonie, plutôt qu'un claquement de langue digne d'un routier éclusant du Kiravi, vous pouvez attirer l'attention - admirative - par l'enchaînement suivant accompagné d'un air pénétré:

-     si c'est un rosé: «ça, c'est un vin de soif du genre à réchauffer le cœur en hiver et à rafraichir le palais en été !!!".

-     si c'est un blanc, vérifier discrètement le cépage. Pour un sauvignon: "quelle élégance floral, un jardin enchanté à lui tout seul".

-      pour un chenin: «quelle minéralité, quelle aristocratie, à se mettre au garde à vous !!!

-    pour un rouge (peu importe l'origine), jouer le modeste, pour mieux impressionner: mirez- le et proférez: "superbe robe" puis humez et lâchez: "quel nez!", prenez une gorgée, faites-la rouler sous la langue - pas de clapotis - avalez, yeux fermés, religieusement- sans effet de glotte, ni gargarisme- et vous murmurez, quasiment émerveillé: "du corps avec juste ce qu'il faut de matières". Vous continuerez, si personne n'ose interrompre l'œnologue en action, par: "quelle charpente, à redresser une colonne de bossu" (vérifier l'absence de bossu  avant).

-     pour le plat de résistance, s'il est mangeable - et en regardant la ou le cuisinier : "êtes vous de la famille Ducasse ?"

-     pour le dessert: "Hermé peut aller se rhabiller" ou "vous savez rendre les papilles et  les gens heureux ".

  Votre répertoire doit s'élargir au domaine de la géopolitique. Mais attention, le terrain est miné, restez dans les généralités et ayez une position attentiste qui n'offusquera personne et vous fera passer pour un connaisseur averti. Tout est dans le ton: assuré et péremptoire, le débit rapide pour rendre le discours incompréhensible, façon Rocard.

-      «Il est difficile d'avoir une opinion tranchée, tant l'instabilité de la situation rend aléatoire une solution qui, de crédible à son début, apparaîtrait rapidement impossible à appliquer et même à concrétiser par de simples mesures  tant les antagonismes qui, on l'oublie trop souvent, remontent à la nuit des temps, restent vivaces et en contradiction avec l'ambition  affichée et même avec une solution médiane .»

   Si l'auditoire n'a pas ostensiblement décroché, vous pouvez l'achever avec:

-      «Je reste, quant à moi, dans l'attentisme armée, c'est-à-dire dans l'expectative et ne suivrais pas les interventionnistes jusqu'auboutistes dont on connaît l'irresponsabilité qui se vérifie à chaque fois dans le long terme quand ce n'est pas dans le court. Il faut d'abord qu'une stabilité non conjoncturelle mais structurelle s'instaure, perdure, s'enracine. Cela prendra des années et qu'une direction assistée par l'ONU surveille le processus .Je crains malheureusement d'être démenti par l'actualité car la folie l'a toujours, dans cette région, emporté sur la raison.»

  Avec ce genre de propos, Alexandre Adler passera pour un amateur.

   S'il s'agit de commenter une décision du gouvernement (de droite ou de gauche) je vous conseille :

-      «je crains que l'on soit encore devant une décision  prise dans l'urgence et avec un manque total de réflexion et de recul. Cette précipitation traduit une fois de plus que la pensée dominante du moment, pour ne pas dire de l'instant impose son diktat sans qu'il y ait eu une évaluation des effets indésirables qui viendront contredire l'intention initiale. Elle n'était pas négligeable et j'étais de ceux qui la trouvaient souhaitable».

  Là, c'est à Duhamel que vous remontez les bretelles.

  La conversation tombera inévitablement sur le dernier Nobel français, Modiano. Vous devez avoir une opinion éclairée sur lui, sans avoir jamais lu un livre, a fortiori l'un des siens. Soyez définitif et magistral: « Pour une fois, ils ont fait leur devoir. Il est grand, non seulement par la taille, mais par l'inspiration, le style et l'écriture fluide et serrée, limpide et profonde. J'ai adorrrrré son dernier opus, "Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier"». Si vous voulez vous faire haïr, demandez : « et vous, comment vous l'avez trouvé ? ».

  Avec ce viatique, vous êtes armé pour vaincre votre appréhension et passerez bientôt pour un locuteur émérite qui sait tout sur tout et a réponse à tout.
_________
      


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire