Après le « journal politiquement incorrect » et 4 ans de silence, de méditation transcendantale, d’un voyage intérieur, il est temps de repartir du bon pied, retourner le sablier et tirer un trait sur 4 ans de silence…

Ce blog aura des recettes de survie, des critiques fines, des analyses aigües, des définitions tirées de mon dico et des rediffusions (en période de fête ou de panne d’inspiration).

Une nouveauté sera la rubrique cinéma français (dont la qualité est inversement proportionnelle à la quantité). Je proposerai des scénarios oscarisables à décharger gratuitement.

Que la lecture commence.


mercredi 22 avril 2015

UN REPAS DE GALA

«Cher ami, dommage que vous n'ayez pas pu venir dîner avec nous, mais vous n'étiez pas libre et je ne vous avais pas invité. Je fêtais, avec quelques amis, un anniversaire qui tombait ce jour-là.
Pour nous mette en train, un apéritif s'imposait. Je proposais mon élixir favori, un générique du Picon, mais amélioré, à base d'un alcool que je distille après une double fermentation d'un mélange de racines de pissenlits sauvages que je sucre, pour diminuer l'amertume, avec de la betterave  rouge de Russie.

L'appétit ouvert en grand par ce nectar dont vous m'en auriez dit tant, on put commencer les agapes par une soupe vichyssoise améliorée à partir de la recette que le cuisinier de l'hôtel du Parc, à Vichy, mijotait pour le Maréchal. Je fais revenir dans un consommé de crêtes de coq et de pattes de poule des fanes de poireaux cuits à feux doux préalablement, dans de l'huile de pépins de poire; j'ajoute des morceaux ciselés de topinambours et laisse cuire environ 25 minutes, cela dépend de la coriacité des topinambours - vous pouvez les remplacer par des rutabagas Je retire du feu, mélange avec de la crème de lait tourné. Je l'ai servie glacée, pour ne pas risquer un froid et chaud, le chauffage de la maison étant en panne depuis la semaine dernière et le chauffagiste en vacances de neige. Je sers ce genre de potage dans des assiettes à dessert pour que les convives gardent l'envie d'aborder le plat de résistance.
«Je vous prie de m'excuser, je suis obligé d'interrompre la narration, mais on m'avertit qu'un journaliste de CUISINE ET VINS DE FRANCE sonne à la porte, je reprendrai le récit demain, promis, juré .»
________________________

2 commentaires:

  1. Muy chula esta entrada, aprovecho para felicitaros por esta página, que os he encontrado por internet y me parecen todos los contenidos muy interesantes
    =)

    My web-site - pegatinas personalizadas

    RépondreSupprimer
  2. Merci , vous devriez aimer la suite du repas car je vous crois être, comme moi, un fin gastronome ...!

    RépondreSupprimer