Après le « journal politiquement incorrect » et 4 ans de silence, de méditation transcendantale, d’un voyage intérieur, il est temps de repartir du bon pied, retourner le sablier et tirer un trait sur 4 ans de silence…

Ce blog aura des recettes de survie, des critiques fines, des analyses aigües, des définitions tirées de mon dico et des rediffusions (en période de fête ou de panne d’inspiration).

Une nouveauté sera la rubrique cinéma français (dont la qualité est inversement proportionnelle à la quantité). Je proposerai des scénarios oscarisables à décharger gratuitement.

Que la lecture commence.


samedi 14 février 2015

O TEMPS, SUSPENDS TON VOL

Que se passerait-il si le poète était pris au mot et que le temps obéissait à  l'injonction?
Le temps suspendu est immobile. Il n'entre plus dans le passé et l'idée de futur disparaît, mais comme il n'existe pas, il n'est pas concerné. Le présent devient omniprésent. Il se fige. Le passé continue-t-il à se remplir de souvenirs?  Non, puisque rien ne se passe. Les anciens ont disparu, car le temps mort a arrêté tous les mouvements qui ont besoin de lui pour avancer. Les électrons sont à l'arrêt, dans les fils électriques comme dans les nerfs. C'est la panne généralisé. Aucun circuit ne fonctionne ,les photons sont en stand by. On voit les conséquences:
tout est dans le noir;
on arrête de vieillir, de grandir, de grossir, de naître, de mourir;
l'instantané devient éternel.
Bonne ou mauvaise nouvelle, il faudra attendre pour le savoir, mais personne ne pourra en parler. 
On devrait pouvoir pourtant? Car cet arrêt sur l'image, on l'expérimente tous, le jour de la mort: plus de présent, de futur, de passé. Personne n'en parle, n'est surpris, c'est naturel. Au final? l'injonction de Lamartine n'était-elle pas une demande criante d'aide au suicide ???

_________________

_

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire