Après le « journal politiquement incorrect » et 4 ans de silence, de méditation transcendantale, d’un voyage intérieur, il est temps de repartir du bon pied, retourner le sablier et tirer un trait sur 4 ans de silence…

Ce blog aura des recettes de survie, des critiques fines, des analyses aigües, des définitions tirées de mon dico et des rediffusions (en période de fête ou de panne d’inspiration).

Une nouveauté sera la rubrique cinéma français (dont la qualité est inversement proportionnelle à la quantité). Je proposerai des scénarios oscarisables à décharger gratuitement.

Que la lecture commence.


mardi 21 janvier 2014

AU TRIBUN INCONNU


En ce jour qui restera unique dans les annales du temps, nous rendrons hommage au tribun inconnu qui, le premier, occupa une tribune libre.

Il fut celui qui osa, enfin, défier le conservatisme borné, hérité d’habitudes ancestrales et qui paralysait les arts, les lettres, la science.

Considérée par la pensée dominatrice comme irrespectueuse, insignifiante, incorrecte, intempestive, la tribune libre a fourni depuis toujours aux intelligences supérieures, aux esprits éclairés, aux inventeurs, le moyen de libérer l’humanité de la peur, des archaïsmes, de la bêtise.

Saluons donc, en ce jour mémorable, les tribuns libres qui ont instruit, appelé à la révolte, appris à respirer, à vivre.

Il y a des tribunes libres qui retentissent encore et pour toujours :

-      Le sermon sur la montagne ;
-      Le cri d’Antigone ;
-      Le désespoir enragé de don Diègue ;
-      La trahison des clercs ;
-      Les animaux malades de la peste ;
-      Le « J’accuse » ;
-      Français, encore un effort ;
-      Le discours du roi ;
-      L’appel du 18 juin 1940 ;
-      Le discours de Malraux ;
-      Le chant des partisans.

Un autre jour, nous parlerons, pour n’en dire rien de bien, des tribunes prisonnières des politiciens, des idéologues, des sectaires, des tartuffes et d’où ils tiennent des discours, font des sermons, lancent des harangues, des diatribes, pour nous soumettre, nous mentir, nous trahir.


___________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire