Après le « journal politiquement incorrect » et 4 ans de silence, de méditation transcendantale, d’un voyage intérieur, il est temps de repartir du bon pied, retourner le sablier et tirer un trait sur 4 ans de silence…

Ce blog aura des recettes de survie, des critiques fines, des analyses aigües, des définitions tirées de mon dico et des rediffusions (en période de fête ou de panne d’inspiration).

Une nouveauté sera la rubrique cinéma français (dont la qualité est inversement proportionnelle à la quantité). Je proposerai des scénarios oscarisables à décharger gratuitement.

Que la lecture commence.


jeudi 23 janvier 2014

LE COIN DU NEUROLOGUE


Si vous êtes incapable de voir ce que vous regardez, d’exprimer une pensée cohérente, de raconter une histoire drôle, d’avoir une réflexion intéressante, de faire un commentaire pertinent, de répondre à la question, d’écrire une phrase, de lire une ligne, ne culpabilisez plus, ce n’est pas de la mauvaise volonté, un manque d’attention, un défaut d’intelligence ni même une bêtise congénitale et encore moins une banale constipation des sentiments au stade terminal. Vous êtes innocent, c’est plus fort que vous : vous êtes simplement victime de ce qui fait la joie du neurologue quand il lui arrive d’en faire le diagnostic.

Vous associez à une agnosie, une agraphie, une alexie. Le tout peut se combiner en une aphasie de Wernicke quand, extrémiste, vous ne faites pas les choses à moitié.

Si vous ne comprenez pas le grec de cuisine et préférez un bon français, on peut résumer votre situation en écrivant que vous avez un trouble de la reconnaissance des objets jusqu’alors parfaitement identifiés. Cette cécité psychique se combine à une perte de l’écriture et, malheureusement pour les libraires, à une incompréhension du langage écrit.

Pour vous rassurer, soyez sûr que vous n’avez pas une véritable surdité verbale ni une aphémie de Déjerine. C’eût été embarrassant pour vous et votre entourage.

Votre problème ne se situe, ni au niveau du pancréas ni de la vésicule biliaire et encore moins à celui de l’auricule de votre oreillette gauche (celle qui est située au-dessus du ventricule).Il signe simplement  une petite lésion de votre hémisphère gauche et qui intéresse le gyrus supramarginalis, le pli courbe et la partie adjacente des 1ère  et 3ème circonvolutions temporales.

C’est bien dommage et cela peut susciter des réflexions désobligeantes qui, heureusement, vous ne comprenez pas.

Tout est donc pour vous, malgré tout, au mieux dans le meilleur des mondes.


_________________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire