Après le « journal politiquement incorrect » et 4 ans de silence, de méditation transcendantale, d’un voyage intérieur, il est temps de repartir du bon pied, retourner le sablier et tirer un trait sur 4 ans de silence…

Ce blog aura des recettes de survie, des critiques fines, des analyses aigües, des définitions tirées de mon dico et des rediffusions (en période de fête ou de panne d’inspiration).

Une nouveauté sera la rubrique cinéma français (dont la qualité est inversement proportionnelle à la quantité). Je proposerai des scénarios oscarisables à décharger gratuitement.

Que la lecture commence.


mardi 21 janvier 2014


Ceux qui ont érigé la paresse en droit fondamental ont compris, avant le reste du monde, qu’elle était une défense naturelle contre la fatigue musculaire et cérébrale. Une politique de prévention éthiquement opposable passait logiquement par un encouragement au développement du repos, du farniente, du chômage et la disparition programmée des efforts productifs, principale source des maux déjà dénoncés.

Il leur faut décourager par tous les moyens les efforts désespérés des voyous qui ne se lassent pas de faire des offres d’emploi pour s’engraisser de la fatigue des travailleurs et des travailleuses réduits au travail. Ils ne triompheront pas de ceux qui offrent des vacances pour profiter des congés payés et évacuer une énergie qui n’a heureusement plus à s’employer ailleurs car trop fatigante.

______

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire