Après le « journal politiquement incorrect » et 4 ans de silence, de méditation transcendantale, d’un voyage intérieur, il est temps de repartir du bon pied, retourner le sablier et tirer un trait sur 4 ans de silence…

Ce blog aura des recettes de survie, des critiques fines, des analyses aigües, des définitions tirées de mon dico et des rediffusions (en période de fête ou de panne d’inspiration).

Une nouveauté sera la rubrique cinéma français (dont la qualité est inversement proportionnelle à la quantité). Je proposerai des scénarios oscarisables à décharger gratuitement.

Que la lecture commence.


samedi 1 février 2014

UN COMPLÉMENT UTILE


Vous avez été nombreux à apprécier « H comme haïr »
Il vous a permis un nettoyage au karcher de votre carnet d’adresses et de gagner un temps précieux qui vous a permis de compenser un peu (c’est déjà beaucoup) la brièveté de la vie. J’ai le plaisir d’apporter aujourd’hui un complément d’information qui pourra vous servir, si l’occasion se présente.

Je vous le sers tout chaud. Je ne l’ai pas encore expérimenté, ayant, je ne sais pourquoi, de moins en moins d’amis, de relations ou de connaissances.

Comme d’habitude, vous êtes à table, la conversation languit. Elle s’arrêterait si vous n’étiez pas là. Profitez que votre femme s’absente pour lancer : « tu ne dis rien. Est-ce que tu es habité par le vide ou par le silence ? Tu m’obliges, pour ne pas paraître être à un repas de morts-vivants, à parler sans arrêt, moi qui suis plein de bruit et de fureur ». Pour bien profiter de la minute qui suit, observez avec attention ce qui s’ensuit : je présume, d’abord un moment de stupéfaction (il/elle n’en croit pas ses oreilles) suivi d’un instant de panique ou de consternation à l’idée qu’il va falloir répondre à cette admonestation dite, j’insiste, sur un ton placide, compatissant, compréhensif.


__________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire